Immo

Achat immobilier : comment bien gérer la phase de négociation ?

124views

L’achat d’un bien immobilier est une opération qui peut être particulièrement complexe. Si vous en êtes à la phase de négociation, c’est que la fin de la transaction n’est plus très loin. Cette phase vous permet d’ajuster le prix proposé à celui que vous croyez juste.

Détecter les signes avant-coureurs

 

Lire également : Comment calculer les frais de notaire lors d’un achat immobilier ?

Avant même de négocier, il faut d’abord être sûr que le prix de l’immobilier qui vous est proposé est négociable. Après évaluation des prix du marché pour le même type de bien, vous pouvez avoir une idée de la moyenne des prix.

Un prix trop haut par rapport à la moyenne

Dès que le prix annoncé est trop haut par rapport à cette moyenne, dites-vous que cela vous donne une marge pour négocier. Normalement, vous ne devriez pas avoir du mal à baisser le prix aux alentours de la moyenne appliquée.

A découvrir également : Comment bien investir 1000 euros ?

Un prix normal pour un bien en mauvais état

Le propriétaire connaît vraisemblablement le prix du marché, il s’y aligne. Peut-être que le logement est très bien situé, mais que sa valeur intrinsèque est amoindrie par des dégradations. Vous pouvez baser une partie de votre argumentaire sur les points faibles du bien mis en vente.

Depuis combien de temps le bien a été mis en vente ?

Dans certaines villes les transactions immobilières se font très vite, les biens ne restent pas dans les annonces pendant plus de deux à trois mois. Si vous voyez qu’un bien est sur le marché depuis plus de 5 mois, dites-vous que cela peut vous servir d’argument également.

Vous en tenir à un budget fixe

L’acquisition d’un bien immobilier est un projet qui se prépare pendant plusieurs années, voire pendant toute une vie. La moindre des précautions est alors de vous renseigner autant que possible. Cela vous permet de déterminer la valeur actuelle du bien. Mais il faut également que vous parveniez à vous situer dans le futur. Pour un investissement immobilier locatif, il y a un seuil qui définit la rentabilité ou non de l’achat.

Rester réaliste lors de la négociation

Dans la majorité des cas, il est toujours conseillé de rester réaliste lors d’une négociation. Tout le monde sait qu’en général il n’est pas réellement possible de négocier à plus de 10% du prix annoncé par le vendeur. Mais selon les contextes, il est possible de tenter plus bas, mais avec des arguments solides à l’appui. Vous pouvez décortiquer tous les défauts du bien immobilier. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence, car actuellement, les propriétaires se précipitent pour vendre leur bien, et à bas prix en plus.

Annoncer des prix très bas

Il est permis de tenter cette manœuvre si vous avez le choix entre plusieurs biens et qu’il n’y a pas un que vous devez acquérir à tout prix. Comme vous, le vendeur a sûrement bien étudié le marché. Partez également de l’idée qu’il a concocté le prix tout en sachant que le potentiel acquéreur négociera. Peut-être qu’à cause de cette anticipation, il annonce qui surcote son bien. Il est alors possible de négocier très bas, jusqu’à 20% du prix annoncé.