N’utilisez jamais ce bois de chauffage en hiver !

Lorsque l’on parle de bois de chauffage, l’indice qui est sans aucun doute le plus important pour la qualité du feu est la valeur calorifique. Et puisqu’il existe des essences de bois qui produisent plus de chaleur que d’autres, il y a certaines types de bois à éviter en hiver.

Les bois à éviter pour se chauffer

Avant toute chose, il est important de connaître les différents types de bois qui ne sont pas adaptés pour un usage comme bois de chauffage :

A voir aussi : Pourquoi ces volets sont-ils n°1 pour garder votre maison à bonne température ?

  • Bois flotté : Ce type de bois possède une forte concentration de sel et de chlore, ce qui entraîne lors de sa combustion une libération importante en dioxines, très toxiques.
  • Bois vert : C’est un bois frais avec une teneur élevée en humidité. En plus d’être difficile à allumer, ce type de bois produit beaucoup de fumée, contenant notamment de la créosote qui s’accumule dans les conduits de cheminées et peut provoquer des incendies.
  • Pin et autres résineux : Le pin possède une faible valeur calorifique et émet de la résine lors de sa combustion. Cela provoque une production accrue de cendres et de créosote, qui finissent par s’accumuler sur les parois des cheminées ou poêles. Les résineux brûlent également plus rapidement que les bois durs, ce qui les rend moins efficaces comme bois de chauffage.
  • Bois de construction et d’ameublement : Ce type de bois a souvent été traité chimiquement pour éviter la pourriture, ce qui le rend inadapté à l’utilisation comme combustible. De plus, il est généralement issu de panneaux agglomérés ou de contreplaqués assemblés avec des colles nocives en cas de combustion.
  • Bois importé : Les essences de bois venant de l’étranger peuvent contenir des insectes et des maladies potentiellement invasives, c’est pourquoi il est préférable d’utiliser des essences locales.
  • Bois pourri ou moisi : Si vous comptez ramasser du bois tombé dans la forêt, soyez attentifs aux traces de pourriture ou de moisissure, car ces types de bois ne sont pas adaptés pour un usage comme bois de chauffage.

Les meilleures options de bois de chauffage

Maintenant que les mauvais choix de bois ont été évoqués, voici quelques suggestions pour choisir un bois de chauffage de qualité :

A voir aussi : Comment transformer votre cave à vin en un véritable espace de dégustation convivial

  • Essences locales : Favorisez les essences de bois poussant près de chez vous, afin de limiter les risques liés aux insectes et maladies invasives. Cela permet également de soutenir l’économie locale.
  • Bois dur : Les bois durs, tels que le chêne, le hêtre ou l’érable, produisent généralement une chaleur plus intense et durable que les bois tendres (comme le pin).
  • Bois sec : Un bois ayant eu le temps de sécher correctement sera plus facile à allumer, produira moins de fumée et dégagera davantage de chaleur. Il est donc important de prévoir un stock suffisant et de ne pas attendre la dernière minute pour acheter du bois.

Quelques conseils pour optimiser l’utilisation de votre bois de chauffage

Voici quelques recommandations pour tirer le meilleur parti de votre bois de chauffage et assurer une ambiance chaleureuse :

  • Faites entretenir régulièrement votre cheminée ou poêle afin de -limiter- l’accumulation de créosote et éviter les risques d’incendie.
  • Privilégiez l’aération de votre pièce pour renouveler l’air et évacuer correctement la fumée.
  • N’hésitez pas à mélanger les essences de bois pour profiter des avantages spécifiques de chacune (ex : bois dur pour la chaleur et bois résineux pour l’allumage).
  • Pensez à réutiliser les cendres pour fertiliser votre jardin ou neutraliser les odeurs dans votre compost.

En conclusion, prendre en compte ces divers aspects lors du choix de votre bois de chauffage vous garantira non seulement un feu efficace et agréable en hiver, mais également une démarche éco-responsable minimisant l’impact sur notre environnement.

Céline
Afficher Masquer le sommaire