Travaux

Comment rénover une ancienne maison ?

14views

Rénover une ancienne maison est un phénomène récurrent. Un tel processus présente quelques avantages si on n’évoque que le domaine financier.

En effet, ce mécanisme assure un investissement plus fructueux que la construction, l’achat dans le neuf ou bien la rénovation d’une maison neuve. Ainsi, comment rénover une maison ancienne ?

A lire aussi : Sélectionner le bon artisan : nos conseils

Évaluer le budget en main

Évaluer son revenu mensuel est indispensable avant de s’aventurer dans la rénovation d’une maison ancienne. Un tel procédé permet non seulement de choisir le type d’habitat à retoucher qui nous convient selon notre pouvoir d’achat mais aide aussi à calculer les dépenses et  préparer le budget nécessaire.

A voir aussi : Quelles sont les cinq qualités d’un bon serrurier ?

De ce fait, il faut passer en revue ses relevés bancaires et calculer les dépenses quotidiennes pour savoir si nos frais sont en mesure de couvrir les dépenses dues à une rénovation. Notons que le coût d’une rénovation complète d’un habitat ancien varie de 600 à 1 000 euros par m2.

Pour avoir un chiffre exact, il est nécessaire de faire appel à un spécialiste qualifié afin d’évaluer votre pouvoir d’achat réel. Par ailleurs, de nombreux simulateurs sont disponibles sur internet pour évaluer votre situation financière.

Toutefois, si nos revenus ne permettent pas de financer directement une rénovation d’une ancienne maison, il est toujours possible d’effectuer une demande de crédit immobilier auprès d’organismes financiers.

En outre, nous pouvons recourir aux subventions de l’État. Dans le cadre d’une sensibilisation à la réduction de la consommation énergétique, le gouvernement ainsi que les fournisseurs d’énergie ont proposé diverses aides à la rénovation d’une maison ancienne.

Pour bénéficier de cette subvention, le principal intéressé doit s’engager à mettre en place des travaux tendant à économiser de l’énergie telle les ventilations, l’isolation ou encore l’utilisation d’énergie renouvelable.

Il doit également s’engager à recourir à des professionnels reconnus en travaux de rénovation ou bien des artisans agréés RGE pour la réalisation de l’opération.

Effectuer un état des lieux

Avant de passer à l’étape de la rénovation d’une maison ancienne, quelques diagnostics s’imposent. Évidemment, il est nécessaire de faire appel à des professionnels pour étudier la faisabilité du projet et évaluer le niveau de confort thermique et phonique qu’elle procurera.

Pour ce faire, les spécialistes vont étudier l’état de la maison à commencer par sa structure externe ainsi que son revêtement.

Ensuite, ils vont analyser le taux d’humidité qui circule dans l’habitat ainsi que la quantité d’énergie stockée. Par la même occasion, les professionnels vont repérer les éventuelles déperditions énergétiques qui provoquent des gênes et inconforts thermiques. Enfin, ils vont réfléchir aux méthodes pour pallier aux dégâts et embellir l’habitat.

En outre, les professionnels accompagnent également les consommateurs dans les démarches administratives pour la réalisation de travaux de rénovation. Obtenir l’accord des autorités locales pour réhabiliter une maison ancienne n’est pas toujours une partie de plaisir.

Si l’habitat est situé à proximité d’un bâtiment historique comme une église, un château et que l’édifice historique est classé ou inscrit, il est reconnu comme élément du patrimoine et protégé par la loi.

Dans ce cas, les acheteurs devront obtenir une autorisation préalable délivré par l’Architecte des Bâtiments de France avant de débuter les travaux.

Réaliser une opération de rénovation pas à pas

Un bâti en mauvais état est synonyme de soucis et de contraintes importantes sur le long terme. Il est donc primordial de supprimer tout ce qui gêne ou s’avère inutile pour profiter au mieux d’un bâti sain et pour éviter les problèmes d’infiltrations et d’humidité.

Pour ce faire la première étape est la démolition. Si c’est nécessaire, il faudra commencer par la toiture et les combles étant donné qu’ils constituent des réservoirs énergétiques et assure la qualité de l’isolation thermique ainsi que du confort pendant les alternances saisonnières.

L’étape suivante est de vérifier l’état de l’installation électrique, de la plomberie et du système de chauffage et de procéder à sa remise aux normes si besoin.

Les habitations anciennes ont généralement une installation électrique qui date de plus d’une dizaine d’années, il est donc indispensable de la faire vérifier et certifier par un professionnel.

Il est conseillé de réaliser cette étape pendant les travaux car une remise aux normes nécessite parfois de faire des saignées dans les murs, ce qui inclut des travaux de maçonnerie.

Le principe pour la plomberie est le même : s’il faut refaire la plomberie pour créer de nouvelles arrivées d’eau ou autres évacuations, il est conseillé de le faire avant les travaux de finition.

Puis s’ensuit l’étape de la préparation des murs et du sol. Cette démarche est primordiale car elle correspond généralement à un coulage de chape en béton sur le sol pour rendre la surface bien plane, prête à recevoir le futur revêtement de sol.

Si elle est mal réalisée, la pose d’un parquet par exemple peut être problématique, tout comme la pose d’un carrelage qui ne sera pas bien aligné. Pour les murs, il s’agit d’enlever le revêtement existant et préparer la surface pour accueillir celui que vous aurez choisi.

Puis on enchaîne avec les travaux de finition qui sous-entendent  la pose du revêtement de sol final et aussi pour le revêtement mural. C’est la dernière étape qui précède l’installation des occupants du logement. Une fois cette étape effectuée, ne reste plus que la décoration des pièces à réaliser.

Afficher
Cacher